Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne
Envoyer à un ami
Version imprimable

Dans la circonscription

Mon regard sur l'actualité - Vigilance

Lundi 24 Avril 2017



Vigilance est le mot d’ordre qui s’impose à moi en ce lendemain de premier tour.
 
Vigilance d’abord pour éviter à la France le retour de tensions qui ont parfois hélas marqué son histoire avec les extrêmes droites fascisantes puis le pétainisme. Le Front National dément certes cette filiation, du moins sa dirigeante actuelle. Mais il  se pare des faux habits de la souveraineté. Il n’aime le peuple que malheureux parce que ce malheur qu’il ne cesse d’exploiter est le terreau sur lequel il prospère. Il trompe un peuple qui cherche la sortie de crise vers une souveraineté mieux respectée et une situation  économique et sociale  redevenue celle de l’ascenseur social. Il le trompe même deux fois : une première fois parce que le Front National est en réalité déchiré entre une tendance de type gaullisme social, celle que Florian Philippot a soufflée à Marine Le Pen et une tendance ultra-libérale, très sensible chez ceux qui suivent Marion Maréchal Le Pen (triomphalement élue au congrès récent du FN) en phase avec des représentants du patronat qui veulent d’abord une politique conforme à leurs intérêts. Et une seconde fois parce que Marine Le Pen  n’a pas la solution aux problèmes qu’elle dénonce parfois justement, tels la subordination à l’ordo libéralisme allemand à travers une Commission européenne qui impose la règle d’airain des 3% de déficit budgétaire ainsi que les excès de l’euro globalement nuisibles à la bonne santé de notre économie. Mais sortir de l’étau demande capacité de négociation, réflexion conduite de longue date sur les obstacles et non improvisation à l’occasion d’une campagne électorale. Le programme du FN à le supposer unifié ferait plus de mal que de bien à notre pays.

Vigilance ensuite envers Emmanuel Macron lui-même, qui à ce jour apparaît comme le candidat d’une Europe qui a ruiné tant d’espérance et fait le lit de cette alternative si éloignée des aspirations légitimes du peuple français : le néo-libéralisme d’un côté et de la perversion nationaliste de l’autre.

On peut lui accorder le bénéfice du doute. Le score très élevé de Jean-Luc Mélenchon, l’effondrement d’un candidat socialiste empêtré dans un européisme ayant perdu toute crédibilité, devraient logiquement conduire le président élu à prendre en considération ces aspirations pour une reconstruction de l’Europe, pour une France déliée de ce qui pèse, entrant dans de nouvelles coopérations, porteuses de grands projets et d’abord d’investissements, sachant à nouveau parler au monde. Comme l’écrit Jean-Pierre Chevènement : « les Français ont choisi le renouvellement des visages mais pas la continuité des politiques ».

Dans l’immédiat, les valeurs qui sont les miennes et que beaucoup ont héritées dans l’Aisne, territoire de la Résistance, me poussent naturellement à faire barrage au Front National et à choisir de soutenir Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle.

Mais il faut que dès aujourd’hui une gauche prête à se reconstruire sache déjà se rassembler non pour  se limiter à faire barrage mais pour agir. Vigilante elle doit être, constructive si possible, critique si nécessaire, résolue toujours.

Avec un regard lucide sur les politiques à venir, mais aussi une volonté claire pour la France et pour notre territoire, cette force de progrès fera son chemin.

Les résultats de ce premier tour dans l’Aisne et dans ma circonscription me confortent dans cette position libre. Le poids du Front National, le repli de la droite classique, la percée réelle mais beaucoup plus modeste qu’au plan national d’Emmanuel Macron, l’effondrement du candidat socialiste, le très bon score de Jean-Luc Mélenchon, tout cela montre un certain éparpillement et crée un paysage d’indécision politique. C’est pourquoi il convient aujourd’hui d’agir au niveau nécessaire. Je proposerai dans les prochains jours à toutes les forces de progrès dans ma circonscription que soit constitué un Front républicain de gauche. Pour ouvrir l’avenir, non pour s’en tenir au rejet.






Inscrivez-vous à ma lettre d'information



Partagez mon site

Facebook
Twitter
Rss







@MFBechtel
MF Bechtel : Le budget de l’Etat : quelques leçons Mon nouveau billet est en ligne 👇 https://t.co/DiYDZi7UFF
MF Bechtel : Collectivités territoriales : avis de tempête ? Mon nouveau billet est en ligne --> https://t.co/QLU011oFsR
MF Bechtel : Mon dernier billet à lire sur @MarianneleMag "La souveraineté n'est pas le souverainisme" https://t.co/UJ44Qx3TFq