Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bio

A propos de Marie-Françoise Bechtel

Lundi 18 Juin 2012



Députée de l'Aisne, vice-présidente de République Moderne (RM) présidé par Jean-Pierre Chevènement

Née à Coarraze (Pyrénées-Atlantiques) en 1946, Marie-Françoise Bechtel est issue d'une famille d'instituteurs. Elle fait ses études à Oloron jusqu’au baccalauréat (1963) puis entre à la Sorbonne. Reçue à l’agrégation de philosophie, elle enseigne en lycée à Sainte Foy la Grande, Libourne (Gironde) puis à Chartres avant d'entrer à l'ENA par le concours interne (promotion Voltaire, 1980). 
 
A sa sortie, elle entre au Conseil d'Etat où elle passera toute sa carrière sauf dans les périodes où elle intègrera des cabinets ministériels : l'Education nationale auprès de Jean-Pierre Chevènement (1984), rencontre qui marquera tout son parcours, la Justice (chargée de mission puis directeur du cabinet de Michel Vauzelle), et l'Intérieur, où elle retrouve Jean-Pierre Chevènement (1999-2000) dont elle a rejoint le Mouvement Des Citoyens deux ans auparavant.
 
En 1992-93, elle est membre et rapporteur général du Comité Vedel pour la révision de la Constitution.
 
Elle est la première femme nommée à la tête de l'ENA en 2000.

A propos de Marie-Françoise Bechtel
Elle a également exercé des fonctions dans divers organismes ou institutions, notamment Maître de conférence à Sciences Po (1984-1990), Présidente du Fonds de soutien aux radios (1991-1995), membre du Conseil d'Administration de France 2 (1999-2000), membre du jury de l'agrégation de droit public (2003), Présidente de section à la Cour nationale des droits d'asile (2004-2011).
 
Dans le domaine international, elle a été membre du CEPA de l'ONU de 2002 à 2008 (comité d'experts en administration publique) et depuis 2010, elle est membre de la commission de la fonction publique internationale de l'ONU.

En juin 2015, elle quitte le MRC en même temps que Jean-Pierre Chevènement et devient la première vice-présidente de République Moderne (RM), club politique de celui-ci.
 
Candidate investie par le Parti socialiste en 2007 dans l’Indre, elle est battue au 2ème tour avec 45,85% des voix, améliorant par-là de 3 points le meilleur score obtenu auparavant par le candidat socialiste. En 2012, elle est de nouveau investie par le Parti Socialiste aux termes d'un accord national pour représenter la majorité présidentielle dans la 4e circonscription de l'Aisne. Elle choisit de se présenter dans ce territoire car il est à la fois rural et urbain, agricole et industriel, suffisamment éloigné de Paris pour qu’elle y retrouve d’une certaine façon ses racines provinciales.
 
Elle est élue députée de l'Aisne le 17 juin 2012 avec 53,06% des voix. Son suppléant est Patrick Daÿ, maire de Soissons et conseiller général du canton de Soissons Nord.
 
Elle a quitté le Conseil d'Etat dès son élection et se consacre depuis lors exclusivement à sa tâche de députée en partageant son temps entre la circonscription et l'Assemblée nationale. Elle ne cumule cette tâche avec aucun autre mandat.


Ses fonctions à l'Assemblée nationale

Vice-présidente de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République.
 
Autres commissions
Membre suppléante de la commission chargée de l'application de l'article 26 de la Constitution
Membre de la mission de renseignement chargée de proposer au Ministre de l'Intérieur un cadre législatif.
 
Organes extra-parlementaires
Membre titulaire de la commission supérieure de la codification. 
Membre de la délégation française à l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (O.S.C.E.). 
Membre du conseil d'administration de l'ENA.
Juge à la Cour de justice de la République.
Vice-présidente de la Fondation Res Publica depuis 2008.
Membre du conseil d'administration de l'ENA (école nationale d'administration).
Membre de l'assemblée parlementaire de l'OSCE.