Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne


Pétition citoyenne pour un service national obligatoire

Sécurité et intégration sont au coeur du défi à long terme que doit relever la France.

Pour la re-création d'un service national, obligatoire pour tous, creuset d'une égalité retrouvée par l'intégration et par un apprentissage actif des valeurs du civisme :
 

Positions


Mercredi 15 Février 2017


Ce début 2017 voit la mise en place des nouvelles intercommunalités voulues par la loi NOTRe. C’est un démarrage abrupt pour nombre d’entre elles, soit parce qu’elles changent de nature comme la CCCT (Communauté de communes de Chauny Tergnier) qui devient une communauté d’agglomération en rejoignant La Fère, soit en raison de regroupements qui n’allaient pas de soi comme c’est le cas de l’intercommunalité Picardie des Châteaux. La communauté d’agglomération du Soissonnais quant à elle ne change pas de périmètre mais comme de nombreux EPCI, elle se trouve confrontée à la mise en place des nouvelles compétences : développement économique, promotion du tourisme, accueil des gens du voyage, gestions des milieux aquatiques, eau, assainissement et collecte des déchets, pour ce qui est des compétences obligatoires.

Dans la circonscription


Jeudi 9 Février 2017


L’assemblée générale de l’USAA se tenait ce mardi à Chauny. J’y ai passé un après-midi très instructif tant par les contacts et échanges informels que j’ai pu avoir que par le suivi des tables rondes et interventions des responsables qui se sont déroulées tout l’après-midi.

Tout d’abord la table ronde réunissant de jeunes agriculteurs a bien mis en valeur les efforts nécessaires pour inventer une activité choisie tel par exemple le retour à la tradition du fromage de Manicamp auquel s’est voué Olivier Timmerman. J’ai pu noter que les participants à la table ronde estimaient possible d’inventer une nouvelle activité comme ils l’ont fait tout en soulignant que les difficultés de ce pari ont été plutôt administratives mais sans plus.

J’ai suivi ensuite avec beaucoup d’intérêt les interventions de Jean-Yves Bricout, Président de la FDSEA de l’Aisne, et de Xavier Beulin, Président national. Elles ont largement tourné autour de la thématique producteur-consommateur avec l’idée que les politiques ont beaucoup tendu jusqu’ici au soutien du consommateur et que l’avenir demanderait sans doute plus de soutien aux producteurs. Cette idée n’est pas dénuée de réalisme à l’heure où la nutrition mondiale est tributaire des enjeux démographiques lourds et où la France conserve des atouts considérables quant à sa production globale. L’évolution de la PAC vers ce que les responsables ont nommé « le tout marché avec du verdissement » interroge donc aujourd’hui. Des pistes ont été proposées et j’ai noté le souci du Président Beulin que soient introduites de nouvelles règles car la dérégulation absolue du marché montre aujourd’hui des limites qui n’avaient pas été vues hier. Le soutien de l’Etat national reste bien entendu indispensable pour le monde agricole. Je salue d’ailleurs l’impartialité du Président Beulin qui a souligné que la baisse de 10 points de cotisations sociales est un progrès considérable d’autant qu’il est à durée indéterminée et que « c’est un gouvernement de gauche qui a pris cette mesure ». Autre piste résultant d’une volonté nationale : la loi Sapin II introduit la possibilité d’observations finales du producteur dans les négociations commerciales. De nombreux sujets demeurent toutefois sur la table comme les critères appliqués aux aides aux éleveurs qui sont aujourd’hui regardés pour chacun d’entre eux et non par Etat membre.

Dans les médias


Mercredi 8 Février 2017


Le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue a assuré mercredi de la "mobilisation" de l'Etat sur le dossier du site du sidérurgiste russe NLMK à Beautor (Aisne), fermé l'an dernier, indiquant qu'un point sur la recherche de repreneurs était prévu début avril.


France 3 - Site NLMK fermé dans l'Aisne : le gouvernement veut poursuivre la revitalisation
Un plan de revitalisation du site a été établi en septembre 2016, a rappelé M. Sirugue, répondant à l'Assemblée nationale à la députée République Moderne de l'Aisne Marie-François Bechtel. Ce plan a permis des implantations d'entreprises, mais "en nombre insuffisant en termes d'emplois pour compenser les emplois perdus", a-t-il relevé.

"Il y a une vraie volonté de poursuivre ce plan" et une "mobilisation régulière" des services de l'Etat avec les acteurs locaux pour "trouver des repreneurs et/ou en tout cas des entreprises qui s'installent sur ce site", a poursuivi le secrétaire d'Etat.
 

Un point sur la recherche de repreneurs en avril


"Un point sur la recherche de repreneurs en cours devra être effectuée début avril", a-t-il annoncé.  "Les délais courent (...) et il y a des engagements pris qui doivent être respectés", a-t-il ajouté.

Dans les médias


Mercredi 8 Février 2017


J'étais mercredi 8 février invitée de l'émission de LCP "Questions d'actualités"


Verbatim
 
A propos du projet de loi sécurité publique
---
 
Etait-ce nécessaire d’aligner l’usage du port d’armes entre les policiers et les gendarmes ?
 
Oui pour les policiers et les gendarmes. C’est une vieille question et depuis le temps qu’elle vient sur le tapis, il fallait le faire parce qu’ils ont des missions très semblables.
 
En revanche, il y a aussi la question des policiers municipaux, leurs missions sont différentes et en principe complémentaires même s’ils sont parfois soumis à des dangers identiques,  cela arrive.
La police municipale a un régime différent : pas d’inspection générale, de corps de contrôle et les policiers municipaux n’ont pas les mêmes moyens techniques, notamment radio pour être en liaison avec ce qui se passe sur le terrain. Tout cela fait que les policiers municipaux sont dans une situation différente donc il ne faut pas aller plus vite que la musique sur cette question de l’uniformisation.

A l'assemblée


Mercredi 8 Février 2017


Avec un PSE (moyennement satisfaisant) et une convention de revitalisation (qui conduit aussi à un éparpillement de petits projets) peut-on compter sur le maintien d'une activité industrielle sur le site NLMK de Beautor ?
Christophe Sirugue, secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, confirme la volonté du Gouvernement de poursuivre le plan de revitalisation et annonce une réunion, début avril, pour faire le point sur la recherche toujours en cours de repreneurs.


Mme Marie-Françoise Bechtel : Ma question s’adresse à M. le secrétaire d’État chargé de l’industrie.

Monsieur le secrétaire d’État, dans le contexte de la désindustrialisation qui touche le département de l’Aisne depuis une vingtaine d’années maintenant, je voulais vous interroger sur le devenir du site de l’usine NLMK, à Beautor. L’an dernier, cette usine de coating automobile, propriété d’un groupe russe, a mis fin à son activité en invoquant le rétrécissement du marché européen de l’automobile. Je note d’ailleurs qu’elle n’avait pas investi, quelques années auparavant, dans les techniques modernes de laminage.

Il reste désormais quinze mois pour une reprise, alors qu’un PSE – plan de sauvegarde de l’emploi –, d’ailleurs moyennement satisfaisant pour les salariés, et une convention de revitalisation sont en vigueur. Cette dernière a permis, à ce jour, l’installation de deux entreprises significatives du sud de l’Aisne, ce qui n’est pas rien. Pour le reste, comme cela arrive souvent avec de tels dispositifs, elle a conduit à un éparpillement de petits projets, qui n’ont créé que peu d’emplois jusqu’à présent.

Dans les médias


Mardi 7 Février 2017


Retrouvez l'entretien que j'ai accordé à acteurs publics TV à l'occasion de la cérémonie des victoires des acteurs publics.


Verbatim

On débat aujourd’hui de l’avenir de la fonction publique : pour vous qu’est-ce qui vous parait important dans le prochain quinquennat, qu’est-ce qui vous parait structurant du point de vue la fonction publique ?
Ce serait déjà de sortir de la vieille idée de la RGPP – la révision générale des politiques publiques – qui n’était que l’ambition de supprimer un emploi sur deux. Je crois que nous devons dépasser cette approche strictement quantitative au profit d’une approche vraiment qualitative mais qui est celle des besoins de la population française avec un regard vraiment porté sur l’avenir, vraiment anticipateur en terme de services publics et donc d’agents publics.
 
C’est un peu ce qui s’est fait sous l’aire Hollande ou on a eu un ciblage un petit peu différent avec la création de postes dans l’éducation, un ministère de la Défense qui est devenu, en cours de quinquennat, prioritaire, la Justice et la Police aussi et d’autres ministères qui ont été un peu plus contributeurs avec des réductions d’effectifs ?
En effet, il y a eu des arbitrages qui en ont été faits au profit de certains secteurs de la fonction publique – très nettement : l’éducation et la sécurité, vous les avez cités, et moins, naturellement, au profit d’autres. Mais peut-être n’était-ce pas pris dans une vue d’ensemble suffisamment grande, dans une évaluation suffisante – à terme – des besoins de la fonction publique, c’est-à-dire des besoins du pays.
Je prends l’exemple de la sécurité : on ne pouvait pas savoir quand on a été pris à la gorge par les attentats qu’il faudrait réfléchir vraiment à terme.
Je pense pour ma part qu’il y a maintenant une réflexion à mener de beaucoup plus longue haleine que de faire des arbitrages, même sur cinq ans.

Positions


Lundi 6 Février 2017


C’est pour nous tous une bonne nouvelle : les chiffres présentés tout récemment par le préfet de l’Aisne en matière de sécurité sont globalement rassurants. Avec une baisse de 6,5 % des crimes et délits dans le département, moins d’atteintes à l’intégrité physique des personnes (- 4,9 %) et une réduction du trafic de stupéfiant (23 trafics démantelés en 2016), la sécurité a progressé dans notre département. Je relève qu’avec 2 500 cambriolages en moins (-5,5%), c’est la 3ème année consécutive qu‘il y a une baisse des cambriolages chez les particuliers même s’il est à noter que les cambriolages de locaux d’entreprises sont au contraire en augmentation, sans doute en raison d’un relâchement au niveau de la sécurité.  Le point noir reste la sécurité routière qui, malgré une baisse des accidents (-6,5%), est marquée par 35 morts, même chiffre hélas que l’année précédente. Je note que la zone du Soissonnais reste la plus sensible pour la sécurité routière : ceux qui comme moi sillonnent régulièrement cette zone, et notamment la D1, sont aux premières loges pour s’en rendre compte.

Globalement les efforts faits en matière de sécurité sont donc payants. Il faut pour cela rendre hommage d’abord au ministère de l’Intérieur : avec les 10 000 emplois créés dans la police et la gendarmerie depuis le début du quinquennat, la situation s’est manifestement améliorée. Ainsi par exemple la BAC est de retour à Soissons comme je l’avais confirmé récemment ; elle viendra en complétement du travail fait par le groupe de sécurité de proximité (GSP) qui en avait repris les missions mais avec moins d’effectifs. Le préfet de l’Aisne et le directeur départemental de la sécurité publique se sont aussi félicités de la mobilisation des acteurs locaux dans les domaines les plus différents : voisins vigilants, vidéosurveillance et une mention particulière pour la mobilisation des réservistes dans l’Aisne : la police en emploie 19 et la gendarmerie 200.

1 2 3 4 5 » ... 100



Inscrivez-vous à ma lettre d'information



Partagez mon site

Facebook
Twitter
YouTube
Rss






@MFBechtel
MF Bechtel : Questions d'actualité à l'AN : miracle de la campagne électorale, mes propositions sur les déserts médicaux ou le burnout refont surface
MF Bechtel : RT @LCP: À 14h30, @Marion_Becker_ recevra @MFBechtel et @olivier_carre pour le face à face de #Questionsdactu >> https://t.co/pLdRR1Txfw ht…
MF Bechtel : RT @AisneNord: #Sncf De sérieuses inquiétudes sur l'avenir du technicentre de #Tergnier, partagées par la députée @MFBechtel. https://t.co/…



2016 04 02 Expo artistes amateurs - Belleu (4)
DSC07932
Forum éco'tidien 2
2016 11 11 Cérémonies Armistice - Tergnier (6)