Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne


17/11/2015

Pétition citoyenne pour un service national obligatoire

Sécurité et intégration sont au coeur du défi à long terme que doit relever la France.

Pour la re-création d'un service national, obligatoire pour tous, creuset d'une égalité retrouvée par l'intégration et par un apprentissage actif des valeurs du civisme :
 

Dans les médias


Mardi 19 Juillet 2016


Retrouvez, ci-dessous, l'article de Mariam Fournier publié dans l'Aisne Nouvelle.


L'Aisne Nouvelle : face au terrorisme, la députée Bechtel prône un service national obligatoire
Cinq jours après l’attentat de Nice, Marie-Françoise Bechtel, députée de l’Aisne, apporte son éclairage sur l’antiterrorisme en France auquel elle a largement contribué.

Marie-Françoise Bechtel, députée République moderne de la 4e circonscription de l’Aisne et vice-présidente de la commission des lois, a largement contribué à la législation antiterroriste depuis 2012. Elle a également été membre de la commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes. Suite aux derniers événements, l’élue évoque ce qu’elle estime être prioritaire.

Quel regard portez-vous sur le dernier attentat ?

« Je suis frappée par non seulement la multiplication mais la diversification des formes que prennent les attentats. Puisque là, nous sommes dans une dérive personnelle, psychologique, sans appel à la foi religieuse ni même à l’idéologie. Peut-être récupérée d’ailleurs par Daech.

Mais on sent bien, d’après tout ce que disent tous les analystes, qu’on a affaire à quelqu’un qui était très atteint psychologiquement. Mais les appels au meurtre et au terrorisme de Daech lui ont servi sans doute de détonateur. Et peut-être même de justificatif. »

Positions


Lundi 18 Juillet 2016


Plus que jamais, au moment où se multiplient les attaques contre notre population, il importe de garder notre sang-froid.

D’abord parce que c’est l’affolement que recherchent nos ennemis ; c’est aussi la dissension, la perte de notre cohésion nationale, la volonté de dresser des communautés les unes contre les autres. Notre premier devoir est donc de ne pas entrer dans ce jeu. Ceux qui tiennent des propos de surenchère guidés par des objectifs électoralistes feraient bien d’y prendre garde car les Français jugeront leurs hommes d’Etat sur la capacité d’unir et non de diviser.

Unir mais aussi agir : c’est là le deuxième devoir. Et là encore l’efficacité commande de ne pas se jeter dans des mesures désordonnées, empruntant une recette à chacun pour aboutir à une mosaïque non réfléchie, mal construite, à coups de  mesures punitives où la symbolique répressive le dispute à l’inefficacité. L’important est de tenir l’ensemble de la chaîne avec des moyens de renseignement renforcés en quantité et en qualité, avec des forces de sécurité déployées aussi largement que possible même si la multiplication des actions individuelles erratiques laissent une large part à l’imprévisible, enfin avec un arsenal répressif adapté. De ce point de vue, la loi que nous avons votée au printemps* qui renforce les capacités de surveillance, permet les perquisitions de nuit, un accès accru aux fichiers et, lorsque c’est nécessaire, l’usage des armes par les forces de sécurité, répond à l’équilibre d’un Etat de droit qui est dans une situation historique particulière que seuls des esprits angéliques songeraient à nier.

Dans les médias


Dimanche 17 Juillet 2016


Retrouvez la vidéo du 19/20 de France 3 Picardie dans lequel je réponds aux questions de Yannick Le Gall sur les questions de sécurité et l'état d'urgence.


Verbatim

A la question de l’utilité du statut de l’état d’urgence qui n’a pas empêché l’attentat de Nice :
L’état d’urgence est plutôt maintenant devenu un état symbolique qui montre simplement qu’il y a une vigilance maximale des pouvoirs publics et qu’on demande aussi cette vigilance aux citoyens.
 
Tout le monde sait que l’état d’urgence après quelques semaines n’a plus beaucoup d’efficacité.
 
A la question de ce qu’il faut faire pour lutter efficacement contre le terrorisme qui frappe notre pays :
 
Je me garderai de donner ma petite recette parce qu’on a vu un déploiement - un véritable déferlement - d’idées, de critiques dont certaines sont un peu étonnantes !

Dans les médias


Vendredi 15 Juillet 2016


J'étais vendredi 15 juillet l'invitée de l'émission "Du grain à moudre" diffusée sur France Culture.


France Culture - Comment renforcer une sécurité déjà maximum ?

2016_07_15_f_culture___grain_a_moudre___securite.mp3 2016 07 15 F Culture - Grai...  (34.86 Mo)


Verbatim
 
Peut-on renforcer toujours un peu plus la sécurité alors que nous sommes déjà au maximum ?

D’abord il y a une question de contexte, nous allons être appelés à légiférer dans un instant de très grande émotion. Aujourd’hui nous sommes tous bouleversés, mes collègues comme l’ensemble des Français. Nous vivons une situation cauchemardesque, nous avons forcement une empathie pour toutes ces personnes, ces familles qui parfois cherchent encore un des leurs. Il faut pourtant se tenir à distance de l’émotion parce que l’émotion est dangereuse pour le législateur.

Pour ce qui est de votre interrogation, je retournerais votre question : qu’est-ce que le maximum en matière d’état d’urgence et d’état d’exception ? Est-ce-que c’est le maximum dans la tradition française ? Dans la jurisprudence française depuis la loi de 1955 ? Est-ce que c’est quelque chose d’autre comme ce que nous avons pu connaitre avec les pouvoirs spéciaux au moment de la guerre d’Algérie et le jeu de l’article 16 ? Est-ce que c’est l’exception telle qu’elle est conçue par la CEDH ? Est-ce que c’est le maximum comme aux Etats-Unis avec le patriot act ? Comment jaugeons-nous ce maximum ?

La situation est assez grave pour qu’on ait mis des moyens supplémentaires avec 7 000 postes entre la Police et la Gendarmerie, je ne sais pas si c’est assez mais c’était en tout cas indispensable. J’ai d’ailleurs reçu, dans ma permanence de circonscription, le père d’un jeune membre de l’opération Sentinelle qui me disait qu’ils sont complètement épuisés.

 

Dans la circonscription


Jeudi 14 Juillet 2016


Ce 14 juillet fut l’occasion, à Chauny, Abbécourt et Tergnier, de faire un parallèle entre notre fête nationale et le football qui peut être vu comme une mise en scène d’une rivalité saine entre nations.
On a pu sentir, à l'occasion de l'Euro de football, que les peuples ont un besoin d’incarnation dans une nation, besoin d’une patrie que l’on soutient. Un besoin de se retrouver dans la patrie, ce cadre dans lequel vit la démocratie, s’exprime bien que depuis des années différents renoncements ont éloigné la population du sentiment patriotique.

Positions


Lundi 11 Juillet 2016


Rarement semaine aura vu tant de sujets d’actualité, divers et porteurs d’interrogations.

Comment ne pas d’abord saluer l’effort des Bleus, et ne pas dire notre fierté ?  Ce qui compte est moins le résultat d’un match, fût-il décisif, que la belle leçon de cohésion, d’ardeur au combat et tout simplement d’amitié qui restera le résultat d’un Euro exceptionnel. 

Contre-exemple : à l’heure où le foot, tout en s’inscrivant dans le mouvement de mondialisation, porte la légitime fierté des nations, voici que Monsieur Barroso, fort des acquis de son expérience à la tête de la Commission européenne s’en va conseiller Goldman Sachs. On se souviendra que cette banque d’affaire américaine, très impliquée dans la crise financière qui a secoué le monde en 2008, la même qui a aidé à truquer les comptes grecs lors de l’entrée de ce pays dans l’euro puis a spéculé avec un cynisme total sur la dette grecque, est aujourd’hui un des acteurs puissants dans la négociation du Traité Transatlantique. Pas besoin donc de se demander à quoi va lui servir Monsieur Barroso : chercher à faire plier l’Europe pour un libre échangisme tout au service de l’autre rive de l’Atlantique.

Dans la circonscription


Mercredi 6 Juillet 2016


Comme je l’avais annoncé dans mon précédent billet, j’ai lancé République Moderne jeudi dernier à Tergnier en présence d’élus et d’habitants de la circonscription.


Le Club République Moderne Picardie est lancé !
Après avoir présenté République Moderne, club qui se reconnait dans la pensée et l’action de Jean-Pierre Chevènement, dont la vocation est d’organiser un dialogue républicain et non partisan, ancré dans le progressisme, j’ai développé la ligne politique qui est la mienne.

J’ai souligné que le Brexit est une grande secousse qui doit nous conduire non seulement à dénoncer une Europe qui bride les investissements, qui limite les services publics et qui estime que la concurrence « libre et non faussée » doit s’imposer partout, mais à construire une Europe nouvelle. Le refus progressiste exprimé en 2005 par le peuple français a été bafoué par le Traité bricolé en 2008 par Nicolas Sarkozy (Traité de Lisbonne), puis par le Traité TSCG dit « d’austérité », accepté à tort par François Hollande. Pour sortir les Français d’une protestation justifiée mais sans débouchés et sans perspectives, il faut leur proposer la construction d’une Europe totalement différente. C’est le sens de l’Appel qui j’ai lancé avec Jean-Pierre Chevènement et un certain nombre d’intellectuels et journalistes. Seule une reconstruction de l’Europe dans le cadre des nations permettra à notre pays d’avancer sans brider ses atouts. Cela n’empêche pas la coopération entre les Etats européen mais il faut que nous soyons maître de nos décisions.

1 2 3 4 5 » ... 89



Inscrivez-vous à ma lettre d'information



Partagez mon site

Facebook
Twitter
YouTube
Rss






@MFBechtel
MF Bechtel : Retrouvez mon interview dans l'@aisnenouvelle de ce jour. https://t.co/bgg8JBSqAk
MF Bechtel : Je serai en direct à 19:00 dans le JT de @F3Picardie pour parler de l'état d'urgence et des questions de sécurité.
MF Bechtel : RT @Grain_a_moudre: .@MFBechtel “Nous devons penser à long terme sur ce qui signifie notre diplomatie”



2016 04 02 Journées Métiers d'Art - Coucy le Château (8)
MF Bechtel - Atelier éducation 7
2014 10 31 Vailly centenaire 14 18 Kader Arif (5)
8ème cross téléthon aslc soissons 4