Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne
Envoyer à un ami
Version imprimable

Positions

Mon regard sur l'actualité - Au Chemin des Dames

Mardi 18 Avril 2017



Il fallait commémorer l’offensive Nivelle. Il était difficile de le faire : entre les erreurs stratégiques, la profonde lassitude des Poilus, la durée d’une opération qui aurait dû être brève et victorieuse, a fini par se frayer une mémoire dont ce dimanche fut l’apogée.

Cette mémoire est d’abord due à l’effort de notre département, il ne faut point l’oublier, puisqu’elle a commencé sur cette terre inondée de sang par le fleurissement régulier des tombes et des lieux de combat sous l’impulsion de l’Union Nationale des Combattants. Oui, notre territoire s’est toujours souvenu ; il a su attendre patiemment, avec persévérance et détermination la gloire de la reconnaissance nationale.
 

Cette mémoire est due ensuite à la résilience de l’Histoire elle-même. Au chemin des Dames, comme à Verdun ou en d’autres lieux tristement célèbres, ce sont tous les Français dont le sang s’est trouvé mêlé dans les tranchées. Ce sont aussi les soldats Allemands qui sont venus en masse mourir sur cette terre étrangère. Oui, l’histoire résiste, elle ne laisse pas oublier l’immensité des sacrifices consentis par tous ces hommes si jeunes pour tant d’entre eux.

Cette mémoire porte aussi en elle plus de contradictions peut-être que la mémoire d’autres champs de bataille. Certes, l’apport des soldats de nos colonies est reconnu depuis toujours même si l’hommage particulier qui a été rendu aux tirailleurs Sénégalais dont dix mille sont morts dans les premiers assauts, a revêtu une force particulière. Plus difficile a été pour les autorités de l’Etat la reconnaissance de cette mémoire brisée qui fut celle des fusillés ayant refusé de remonter aux tranchées. Entamée par Lionel Jospin alors Premier ministre, poursuivie par Nicolas Sarkozy qui avait su justement exprimer l’épuisement humain qui fut aussi une réalité, et non des moindres, de la Grande Guerre, cette mémoire a achevé de retrouver son rang avec le discours prononcé par le Président François Hollande lors de la commémoration officielle à Cerny-en-Laonnois.

Au Chemin des Dames comme à Verdun, comme dans la Somme, grand fut le contraste entre une cérémonie tirée au cordeau où la musique, les couleurs, la présence massive des porte-drapeaux, le nombre des personnalités présentes, élus, ambassadeurs, dignitaires civiles, militaires et religieux, associations d’anciens combattants, tranchait sur la boue, le sang, les corps parfois entremêlés, la douleur, l’effroi, la vaillance qui marquèrent tant cette terre.

Rien, jamais ne pourra faire oublier la déraison de nations qui ont dévoyé le patriotisme et si mal servi la cause de peuples qui auront tant donné de leur bravoure et de leurs sacrifices.






Inscrivez-vous à ma lettre d'information



Partagez mon site

Facebook
Twitter
Rss







@MFBechtel
MF Bechtel : Bribes d'actualité : quelques interrogations Les difficultés politiques de l'Allemagne, les rapports de l'Etat ave… https://t.co/FuajaFcxqo
MF Bechtel : Le budget de l’Etat : quelques leçons Mon nouveau billet est en ligne 👇 https://t.co/DiYDZi7UFF
MF Bechtel : Collectivités territoriales : avis de tempête ? Mon nouveau billet est en ligne --> https://t.co/QLU011oFsR