Marie-Françoise Bechtel, Députée de la 4e circonscription de l'Aisne
Envoyer à un ami
Version imprimable

Positions

Dernier billet - « Souviens-toi de la Picardie »

Mercredi 21 Juin 2017



En quittant la 4ème circonscription, je veux dire à ce territoire tout mon attachement. Je le quitte sans rancœur, avec le seul regret de n’avoir pu dans ces cinq ans convaincre les électeurs - ou ce qu’il en reste - que la République se défend à mains nues, souvent contre les partis, mais toujours avec détermination. Qu’un élu national non seulement ne saurait se confondre avec une sorte de super élu local, mais peut agir mieux en étant dégagé des logiques partisanes. Cela ne m’aura pas empêchée, au contraire, de beaucoup travailler pour essayer de rendre au Soissonnais, au Chaunois et au Ternois, sans oublier les autres intercommunalités, une visibilité qui devait être la base - et le sera j’espère dans le futur - d’un nouvel élan. Les projets ne se font certes pas en un jour. Je souhaite en tout cas en avoir jeté les bases suffisantes.

Malgré le recul d’un Front national qui n’avait pas d’espoir à proposer - c’est le moins qu’on puisse dire - je suis comme d’autres très préoccupée par l’importance de l’abstention. Certains y voient un épuisement des institutions de la Vème République. Ce n’est pas mon avis. Je pense que les Axonais comme les Français sont en attente d’un projet ; ils veulent un contenu et non un cadre institutionnel. C’est pourquoi il ne faut pas rejeter cette volonté d’espérer malgré tout qui, d’une certaine manière, est un refus du déclin. Il aurait simplement été préférable que l’espoir qu’a fait naitre le Président de la République ne risque pas de se heurter  à un excès de continuité avec simplement une différence de style. Je ne le souhaite pas ; mais la participation importante des couches supérieures de la société, que ce soit dans les urnes ou dans la composition de la nouvelle Assemblée nationale, montre que beaucoup reste à faire pour renouer avec le peuple. Le vrai problème est là car cette main mise de la France aisée, celle qui réussit, va engendrer, on le voit déjà une opposition protestataire, sans cap et sans vision autre que la polémique.
 
Obstinément rivée à mon indépendance vis-à-vis des partis, passés ou présents, j’observerai avec beaucoup d’attention l’évolution de la politique française. Je ferai entendre ma voix avec République Moderne qui entend devenir plus que jamais une force de proposition pour l’avenir et pour le bien du pays. L’expérience si forte que j’ai eue en sillonnant notre terre picarde, où le délaissement est si visible comme le sont les souvenirs de la Grande guerre qui partout remontent à la surface, y contribuera pour beaucoup. « Souviens-toi de la Picardie » dit la chanson : sans morosité oui, je me souviendrai…






Inscrivez-vous à ma lettre d'information



Partagez mon site

Facebook
Twitter
Rss







@MFBechtel
MF Bechtel : Collectivités territoriales : avis de tempête ? Mon nouveau billet est en ligne --> https://t.co/QLU011oFsR
MF Bechtel : Mon dernier billet à lire sur @MarianneleMag "La souveraineté n'est pas le souverainisme" https://t.co/UJ44Qx3TFq
MF Bechtel : Mon dernier billet à lire sur @MarianneleMag : "Introuvable réforme" https://t.co/MG6YjP0p3v